Restauration en composite (plombage blanc)

Restauration en composite (plombage blanc)

Votre dentiste doit restaurer une dent antérieure et puisque la surface atteinte est minime et ne compromet que peu la dent, ce dernier opte aisément pour le composite comme matériau de restauration.

Qu’est-ce que le composite?

Un peu à l’instar d’un grand nombre de produits de consommation, le composite est un polymère de particules plastiques. Ce matériau de restauration dentaire se retrouve sous différentes formes et formats :

  • En pâte, le composite s’applique à l’aide d’’instruments qui permettront de le sculpter, un peu comme la pâte à modeler.Presque liquide, la résine de composite est utilisée à titre de fluide de scellement.
  • En mini dose, la pâte de composite se travaille grâce à un pistolet conçu expressément pour son usage. Une fois exposé à la lumière, le composite entame déjà son action de durcissement, ce qui explique pourquoi les minidoses réduisant les pertes sont aussi populaires.Cette pâte est vendue et utilisée en tube telle une seringue sans l’aiguille naturellement.
  • Le plombage blanc est un composite de monomère résineux de type UDMA (uréthane diméthacrylate) entourant des charges minérales (quartz, verre, silice, pyrogène). Il s’agit d’un composite (plastique) qui durcit et remplit la cavité (trou) à la lumière bleue.

Les avantages du composite

  • Esthétiquement plus proche de l’aspect de la dent naturelle, c’est le matériau utilisé pour les surfaces visibles des dents.
  • Vaste gamme de teintes permet au dentiste d’obturer la dent cariée et de rejoindre sa couleur initiale.
  • Sans la toxicité du mercure et sa couleur grise

 

Désavantages du composite

  • Moins durable que l’amalgame
  • Rétrécit lors de la polymérisation (durcissement à la lumière bleue), ce qui peut laisser un espace entre la résine et la cavité et ainsi laisser entrer les bactéries qui causent la carie.
  • Pour les dents postérieures, le choix est moins évident. Les gens réfractaires à l’usage de l’amalgame dans les soins de restauration dentaire se tournent généralement vers ce matériau. Ses propriétés sont semblables à celles de l’amalgame sans la faible toxicité du mercure et son affreuse couleur grise.

 

Sans la toxicité du mercure et sa couleur grise

Pour les dents postérieures, le choix est moins évident. Les gens réfractaires à l’usage de l’amalgame dans les soins de restauration dentaire se tournent généralement vers ce matériau. Ses propriétés sont semblables à celles de l’amalgame sans la faible toxicité du mercure et son affreuse couleur grise.

Le composite nécessite une hygiène irréprochable

Par contre, les réactions de ces deux matériaux de restauration sont totalement opposées, ce qui justifie l’utilisation de l’un à la faveur de l’autre dans certains cas. En effet, l’amalgame en durcissant prendra de l’expansion dans la cavité tandis que le composite aura tendance à se rétracter, d’où la nécessité de maintenir une hygiène irréprochable au niveau des molaires restaurées avec du composite. De plus, il faut songer au risque potentiel d’infiltration de la carie par les mini-fissures que peuvent entraîner le rétrécissement du composite une fois durcit.

Une dent prête à reprendre ses fonctions immédiatement

Puisque ce matériau réagit immédiatement à la lumière pour atteindre le niveau de durcissement souhaité, une dent fraîchement restaurée de composite est aussitôt prête à reprendre ses fonctions, tandis qu’il est préférable de laisser quelques heures de repos pour une restauration d’amalgame afin d’atteindre le durcissement visé.

Les faiblesses de la restauration en composite

Finalement, il faut également considérer la qualité de résistance du composite puisque son usure se produit plus rapidement et aisément que l’amalgame. Le composite présente également moins de résistance que l’amalgame concernant les grandes surfaces de restauration ou celles soumises à de fortes pressions, mais procure une durabilité appréciable. Il faut tenir compte qu’il existe différentes générations de ce matériau et celui-ci étant de plus en plus amélioré, se positionne dorénavant comme matériau de restauration ayant un avenir plus que prometteur et sera probablement le seul offert dans les décennies à venir.

Le déroulement du rendez-vous d’une restauration en composite

Avant même de planifier le rendez-vous pour la restauration de la dent, votre dentiste vous a avisé de son coût, sauf si le remboursement de celle-ci se fait par la Régie d’Assurance Maladie du Québec. Donc, si votre couverture de soins dentaires n’est pas assurée par la RAMQ, que vous soyez remboursé ou non par une compagnie d’assurance, le tarif de votre restauration sera le même. En sachant le coût du traitement, vous avez décidé de procéder à la restauration de votre dent en matériau composite.Comment se déroule un rendez-vous pour la restauration d’une dent en composite?

Facturation de la restauration en composite

La facturation des traitements de restauration se fait, tout comme en matériau amalgame, par dent mais aussi par surface distincte. Puisque la RAMQ ne couvre aucunement les dents postérieures en composite (seulement les dents antérieures toutes surfaces et les prémolaires, surface buccale et mésiale (visibles dans un sourire), plusieurs patients décident de procéder aux restaurations en composite malgré tout et d’en assumer entièrement les frais. Cependant, sachez que pour un enfant (qui se trouve sous couverture de la RAMQ jusqu’au jour de ses 10 ans) les soins non couverts par celle-ci peuvent être soumis à l’assurance familiale si une telle couverture est en vigueur.

Déclaration à votre assureur

De plus, votre dentiste ne peut pas facturer à la RAMQ ou à votre assureur les codes qui représentent les actes de restauration d’un matériau différent (en amalgame par exemple) que celui utilisé et vous réclamer la différence : ceci constitue une fausse déclaration. Il doit absolument soumettre les actes qui identifient le matériau réel utilisé pour la restauration. Si votre assureur couvre ce matériau, tant mieux. Si celui-ci vous propose un remboursement basé sur la valeur moindre du matériau, c’est toujours cela de gagné.

Par exemple : Votre dentiste a restauré l’une de vos dents postérieures en composite, votre assureur peut vous répondre peu importe le matériau utilisé, nous couvrons jusqu’à 80% de la valeur de l’amalgame et le solde restant sera à vos frais.

Ce qui se trouve dans votre bouche doit correspondre

D’une façon ou d’une autre, ce qui se trouve dans votre bouche, dans votre dossier et soumis à votre assureur doit en tout point correspondre. Idéalement, il est bien de demander un estimé à votre équipe dentaire pour avoir une idée précise des soins, des coûts relatifs à ceux-ci et du remboursement dont vous pourriez bénéficier.

Restauration en amalgame ou en composite?

Par contre, les réactions de ces deux matériaux de restauration sont totalement opposées, ce qui justifie l’utilisation de l’un à la faveur de l’autre dans certains cas. En effet, l’amalgame en durcissant prendra de l’expansion dans la cavité tandis que le composite aura tendance à se rétracter, d’où la nécessité de maintenir une hygiène irréprochable au niveau des molaires restaurées avec du composite. De plus, il faut songer au risque potentiel d’infiltration de la carie par les mini-fissures que peut entraîner le rétrécissement du composite une fois durci.

Poser une question ou laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).